Menu

Ndèye Fatou Blondin: « Il faut réduire le budget de la présidence pour payer les dettes de la Senelec »

Dimanche 8 Décembre 2019

Le Directeur général de la Senelec, Pape Demba Bitèye a annoncé l’entrée en vigueur de la hausse du prix de l’électricité en évoquant un manque à gagner de 12,191 milliards de FCFA enregistré par ses services depuis le début du dernier trimestre 2019.
Mais pour Ndèye Fatou Ndiaye, Si l’Etat doit payer ses dettes, il doit diminuer le budget de la présidence qui a connu une hausse cette année. Car, à son avis, c’est le fonctionnement de l’Etat qui justifie ce gap de 12 milliards de francs CFA. Il invite donc l’Etat à revoir son budget pour prendre en charge certaines dépenses au lieu de piocher dans la poche des sénégalais lambdas et continuer à maintenir son train de vie. Pour elle, les budgets alloués à certaines institutions comme le Haut Conseil des Collectivités territoriales ou l’Assemblée nationale sont faramineux et ils doivent être revenus à la baisse pour supporter d’autres charges.
De même, la co-coordonatrice de "AAr li nu Bokk" a dit tout son étonnement de voir le prix de l’électricité augmenter. Elle a laissé entendre que l’Etat a trompé les Sénégalais lorsqu’il a annoncé, par la voix de l’ancien directeur de la Senelec, Mouhamadou Mactar Cissé, que le Sénégal était déficitaire en électricité. « On nous avait présenté un plan où nous vendons de l’électricité à l’étranger, on nous a présenté que le Sénégal était déficitaire, on nous avait dit que le coût de l’électricité allait diminuer jusqu’en 2030. Donc, rien ne saurait justifier le décalage entre 2017-2018 quand on nous présentait ce fleuron de l’Etat Sénégalais et ce déficit abyssal. Il faudrait qu’on nous explique où est-ce qu’on nous a raconté des bobards », s’est indignée l’ancienne ministre, chargée des TIC sous Abdoulaye Wade.
D’après elle, le prix de l’électricité a enregistré une hausse avant que le Directeur général ne fasse l’annonce. « Avant le 1er décembre, il y a eu hausse des prix de l’électricité. Ce sont des faits. Tout le monde a fait des constats », dit-elle souhaitant que les délestages ne refassent plus surface comme l’a promis le Directeur.
S’agissant de la privatisation de la Senelec, elle rétorque : « Des secteurs aussi fondamentaux que l’eau, l’électricité et la téléphonie, qui sont des ressources vitales, ne doivent pas être laissés entre les mains de sociétés qui ont pour principal objectif de faire du profit. L’Etat se doit d’être fortement présent. Et s’il y a privatisation qu’il ait des contrats où l’Etat à la mainmise ».
emedia

Le Redacteur


1.Posté par Generic le 11/12/2019 21:11
Pennsylvania

2.Posté par Garden le 12/12/2019 05:42

Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | POEPLE | CONTRIBUTION | TV & RADIO








Flux RSS